17 Fév

Cours de l’or en 2017 : grosse remontée des prix en perspective !

En attendait pas cela de si tôt, mais le prix de l’or en 2017 va peut-être exploser à la hausse, pour le plus grand bonheur de ceux qui ne l’ont pas lâché malgré les dernières années difficiles. C’est qu’investir dans le pétrole n’est plus trop la bonne idée du moment, même s’il remonte. La matière première souffre  d’une politique de gros volumes alors que l’offre se tarie. Résultat, le cours a du mal à décoller, et les analystes ne prévoient pas une grosse remontée pour le moment. Et le cours de l’or en 2017 risque d’en profiter. Grand bien lui fasse.

Le métal précieux : une valeur refuge

Dés que tout s’écroule, l’or repointe le bout de son nez, sous l’influence des banques centrales qui sentent le coup de grisou arrivé, et qui tentent de protéger leur économie.

Seulement, ce n’est pas vraiment un bon signe pour la conjoncture, le signal passé étant plutôt de l’ordre de « tous aux abris ». Car la finance connait une crise comme elle n’a pas connu depuis longtemps. L’or qui prend 10% très rapidement, ce n’est pas anodin. Il n’y a qu’à regarder le cours des bourses du monde entier pour comprendre qu’elles voient rouge. Et le résultat est imparable : quand les bourses chutent durablement, l’or connait l’effet inverse.

Les inquiétudes 2017

Elles sont nombreuses à focaliser l’attention des épargnants et des investisseurs. Au premier rang des mauvais élèves, la Chine : ses réserves de change s’épuisent, la monnaie est dévaluée, et tous les indicateurs industriels sont mauvais, notamment ceux liés à l’industrie, car la consommation interne n’est pas du niveau escompté.

Les Etats-Unis suivent de près, et chaque intervention de sa réserve fédérale est scrutée de près, chaque mot prononcé pouvant faire plonger les marchés. Car la croissance américaine inquiète, elle aussi fortement impactée par les difficultés rencontrées par les autres pays. Reste l’autre grande énigme : que va faire Trump ?

Enfin, nous ne pouvons pas évoquer les inquiétudes sans parler du pétrole. C’est l’OPEP qui fait la pluie et le beau temps dès qu’il s’agit de l’or noir, et l’Arabie Saoudite en tient les cordons. Sa politique est simple : épuiser les sociétés qui produisent du gaz de schiste, fragiliser la concurrence mondiale, et ne pas laisser l’Iran redevenir une grande puissance. Résultat, un baril qui se maintient autour des 45 USD, et qui n’est encore rentable pour personne. Ceux qui auront les reins assez solides survivront, pour les autres, c’est la faillite annoncée.

Et pour terminer ce tableau peu réjouissant, un petit mot sur les grandes banques qui ne se portent pas au mieux, leurs titres montent et descendent en bourse, avec la peur de devoir, encore, en recapitaliser certaines. Les actionnaires, eux, font grise mine. Les emprunts toxiques n’appartiennent pas encore au passé, hélas.

Acheter de l’or pour se diversifier

Ce n’est pas la seule solution, mais une des plus faciles à mettre en place, à condition d’avoir du cash pour cela. Ceux qui sont en mouvement en bourse n’ont pas les liquidités nécessaires, et doivent accepter de vendre à perte s’ils veulent rebondir. C’est beaucoup de risques pour peut-être pas grand chose. Peut-être que le livret A va revenir en odeur de sainteté en 2017 ? Sûrement pas.

acheter de l'or en 2016

Les banques centrales, comme les petits porteurs achètent donc de l’or, des tonnes. Les derniers six mois ont été particulièrement révélateurs. Même la Russie n’a pas eu d’autres choix que celui de s’y mettre. Les particuliers suivent le mouvement, et achètent des lingots  ou des pièces d’or, en fonction de leurs moyens.

Les perspectives 2017

Tout est place pour que le cours continu gentiment à progresser et les perspectives pour le métal jaune sont bonnes. De là à dire que les grands moments connus pendant 10 ans sont de retour, il y a un grand pas à franchir, et tout va dépendre de la conjoncture internationale.

Tant que les marchés vont rester dans l’incertitude, cela va perdurer, et il va falloir scruter le position de la FED sur les taux directeurs. Pour l’instant elle a stoppé l’hémorragie, quant à la reprise, c’est encore utopique. On est donc encore très loin des records historiques. Il faut, de nouveau, avoir une vision à long terme de l’évolution des marchés, à moins de faire du trading à haute fréquence, mais là, il fut être un pro.

A surveiller : une remontée éventuelle du dollar.  Sa baisse fait grimper l’or, et vice-versa. Quant aux devises, elles font peur. Les tradeurs de forex devraient y aller doucement cette année, c’est un conseil.