24 Fév

Faut-il investir dans le pétrole ou le rouble pour parier sur une remontée des cours en 2017 ?

Trader du pétrole, acheter de l’or ou des devises cette année est un exercice périlleux car la conjoncture évolue chaque jour au gré des news qui sont annoncées. Acheter des euros, vendre des dollars, à la hausse, à la baisse pour profiter d’une chute ou d’une remontée. Et si la bonne idée était le rouble ? La monnaie russe a été tellement dévaluée qu’investir en ce moment dessus peut se révéler fructueux. Mais c’est investissement très risqué, répétons le encore et encore : acheter des roubles russes en France, c’est un peu comme emprunter les montagnes du même nom dans un parc d’attraction, même chose pour celui qui parie sur le cours du baril en 2017.

Investir sur le cours du pétrole

Celui qui saura profiter de la chute avant la remontée de l’or noir aura gagné le premier prix du trading. Acheter maintenant, c’est un peu comme jouer au casino : un jeu de hasard qui peut laisser de nombreuses personnes sur le carreau, même les plus aguerries. En effet, qui avait anticipé la baisse ? Pas grand monde. C’est comme savoir quelle action acheter. Passer de 112 à 60 USD, c’est un krach qui a laissé des traces, mais certains s’en sont mieux sorti que le Venezuela. Trader des matières premières, c’est un métier !

Car le pétrole a été placé au centre d’une alliance ou d’une initiative personnelle de l’Arabie Saoudite et des USA, pour contrer la Russie et ses volontés expansionnistes, ou bien les pays qui mettent un peu trop de pétrole de schiste sur le marché.

Comment profiter de la chute ?

Beaucoup de fonds ont emprunté pour financer leurs achats, pariants sur une hausse de la demande. Ils ont perdu. Et si en plus, ils se sont fait plantés par la Grèce et la Suisse, faites les comptes… Certaines compagnies pétrolières, elles aussi, ne résisteront pas à cette baisse, car en dessous des 80 dollars du baril, elles vendent à perte, il faut donc avoir les reins pour le supporter.

Et ces difficultés, par effet boule de neige, peuvent gagner les autres secteurs. Nous ne sommes donc plus si loin d’un krach boursier si les choses devaient en rester là. Les grands gagnants finalement, ce sont les consommateurs, pour qui prendre leur voiture ne revient plus si cher que cela.

Indirectement, d’autres secteurs en profite, c’est donc chez eux qu’il faut placer ses sous : l’automobile, l’aéronautique et les compagnies aériennes, bref tout ce qui a besoin de carburant. Mais tout finira par revenir à l’équilibre, même si ça risque de prendre un peu de temps.

Faut-il acheter des roubles ?

baisse du roubleLa devise russe a perdu à peu près 30%, et cela ne semble pas près de remonter. Il n’y a d’ailleurs plus de touristes parlant la langue de Poutine sur les plages de Méditerranée : les russes n’ont plus de sous, leur monnaie ne valant plus grand chose actuellement sur le marché des changes. Si la crise ukrainienne reste sans solutions, le rouble continuera à s’effondrer. Sauf que la Russie n’est pas prête de s’écrouler tant son sol regorge de matières premières, et que ses dirigeants ont l’habitude de remettre le pays à flots après chaque crise.

C’est donc un pari risqué, car le cours du rouble continue de baisser inexorablement, mais qui peut se révéler juteux, d’acheter un peu d’immobilier à Moscou, ou d’accumuler les roubles. Mais à l’heure actuelle, chaque news, bonne ou mauvaise, peur fortement impacter le cours, un peu comme ce qui se passe en Grèce, mais pour d’autres raisons.

Les grandes fortunes se font quand tout le monde vend, et les ruines quand tout le monde achète. Mais pour cela, il faut être prêt à y laisser sa chemise. C’est quand même beaucoup de risques à prendre, et même Warren Buffet ne pourra pas vous donner de conseils !